News

24 Heures du Mans Vélo: Confirmation d'un coup de foudre!



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 225


Les 20 et 21 août 2011 s’est tenue la 3° édition des 24 H du Mans Vélo sur le circuit sarthois du Bugatti.
Vague de chaleur, orages et pluies nocturnes y ont servi de cadre météorologique.
De nombreuses personnalités du monde sportif y étaient : Laurent Brochard, Thierry Marie, Patrice Halgand, Bruno Boscardin, Roger Legeay, Régis Laconi, Kenny Foray, Stéphane Sarrazin.
Participations qui attestent de la montée en puissance de cet évènement cycliste de masse. De même que la hausse du nombre de participants, presque 200 coureurs supplémentaires cette année, le nombre d’équipes prenant le départ étant monté à 382.
Douze nations étaient représentées, 130 coureurs étrangers figuraient parmi les 1748 participants. Les équipes de 6 ont été plébiscitées, au détriment des duos (20 duos hommes/mixtes seulement). Fait intéressant à noter : une cinquantaine de solos étaient au départ !
De l’avis de tous, organisateurs et participants, le niveau de performance est en hausse également, les pelotons évoluent de plus en plus vite et sont de plus en plus compacts. Ainsi une vingtaine d’équipes ont battu le record
du tour établi à 5’29’’ lors des éditions précédentes !
Le succès de ces 24h du Mans Vélo est donc éclatant et doit beaucoup à l’organisation chapeautée par le tandem père-fils Claude et Romain Gasnal, assistés par Roger Bordeau, responsable fédéral du Cyclisme de loisir à la FFC, et André Paulon, président du club Le Mans Sarthe Vélo, en tant que directeurs techniques de course.



Côté sportif, cette 3° édition fut une réussite. Après 975 km et 233 tours de circuits, le team lyonnais Vulco (Prestige Hommes) a confirmé sa suprématie en remportant le classement scratch, avec 2 tours d’avance sur ses poursuivants immédiats. Quant au Btwin Racing Team Espoir, il s’est emparé de la seconde place au scratch au terme d’un sprint final sur la ligne d’arrivée, aux dépens de l’équipe Vélo Club de Fontainebleau Avon !
Les classements par catégories ont également donné lieu à des débats haletants, le suspens ne se dénouant le plus souvent que dans les tout derniers tours, après plus de 23 heures sur le circuit ! Il fallait voir les équipiers scrutant attentivement les écrans dans les stands, et entendre les exclamations de joie ou de déception !
Ainsi, dans la catégorie solo hommes, le magnifique gagnant des deux éditions précédents, Sébastien Bertholet a dû se résoudre à laisser son titre filer dans la matinée de dimanche, victime de très fortes douleurs musculaires au genou gauche. Thomas Louise est donc le vainqueur 2011, avec 192 tours à son actif, et se classe 198° au scratch.
Quant à la catégorie duos, Eric Leblacher et son équipier Guillaume Reux ont été implacables ! Ils se classent 12° au scratch, avec 229 tours, à seulement 4 tours du team Vulco. Impressionnant !
Toute aussi impressionnante est la performance du premier duo mixte, les Happy Riders. Jean Pierre Coinon et Bérengère Staelens ont réussi le tour de force de boucler 207 tours et de se classer 120° au scratch.

Bien sûr, mention spéciale aux 4 féminines qui ont choisi de s’aligner en catégorie solo ! Frédérique Bastien, déjà première de cette catégorie en 2010, a bouclé 155 tours et presque 650 km, suivie au classement par Liz Junio, Valérie Theiler pour la Fondation Boscardin et Danielle Cieutat pour Optique Berche.
Elles sont les porte-drapeaux des 97 autres féminines ayant pris une part active à la course en 2011. Cette participation féminine en hausse, mise en exergue et encouragée par les organisateurs à travers la création d’une catégorie 100% Femmes donnant lieu à un classement et donc à un podium spécifique, est à souligner et probablement à porter à l’actif de la politique initiée par la commission FFC Cyclisme Pour Tous, présidée par Roger Bordeau.
Cette année, 7 équipes 100% Femmes ont pris le départ. Une équipe de 4, Je Porte1Casque.com, qui s’est adjugé la victoire en catégorie Loisirs Femmes. Trois équipes de 6 et trois équipes de 8, dont Les Panthères de l’espoir, toutes de rose vêtues, venues sur le circuit Bugatti pour promouvoir la lutte contre le cancer du sein.
Il semble donc que les 24 H du Mans offrent une tribune de choix aux cyclistes féminines pour promouvoir les causes environnementalistes ou humanitaires qui leur sont chères. Probablement une piste à suivre par la Patrouille Ecocyclo pour l’édition 2012 !

Autre constat très encourageant lors de cette édition des 24 heures du Mans Vélo :
ces 2 voire 3 jours passés sur le circuit Bugatti, ou dans ses stands, ainsi que dans le camping du Houx, constituent un moment cycliste festif, sont un exemple de ce que le Cyclisme Pour Tous peut être. Tous les âges, toutes les conditions cyclistes y sont représentés. Les coureurs et leurs accompagnants se recrutent dans les clubs cyclistes, les familles, les entreprises, les groupes de copains, les associations caritatives ou autres. Chacun œuvre pour le bien de l’équipe, pour la réussite de tous. Et ce n’est pas un tableau idyllique que je vous brosse là ! Non, ceci se donne à voir partout : sur la piste, dans les stands, au camping – gestes d’entraide, encouragements, partages d’expérience ou de matériel, sourires, applaudissements, mots de réconfort. Chacun est responsable et se sent responsable de l’autre. Et la solidarité dans les stands en est presque palpable !
En conséquence, le comportement éco-citoyen est au rendez-vous pour le plus grand nombre. Les stands, lieux de multiples passages, ont été laissés propres par les équipes, de même que le camping et les blocs sanitaires – au grand étonnement d’ailleurs du personnel de maintenance !



Seule ombre au tableau - mais ne faut-il pas toujours qu’il y en ait une ?, les jets innombrables de topettes sur la piste du circuit ! A un certain moment de la nuit, la vision de ces étuis qui jonchaient la piste en était presque hallucinatoire, et était même source de danger notamment lors des pluies. Notre Duo Ecocyclo s’est révélé insuffisant (un seul coureur sur le circuit mais André a néanmoins réussi à sortir le carton rouge à deux coureurs de la même équipe !) pour sensibiliser les fautifs à procéder différemment – heureusement le speaker a pris le relais au micro pour dénoncer sans relâche ces jets de topettes intempestifs et mal venus. Ce qui semble avoir calmé les ardeurs des pollueurs à tous crins après quelques heures ! Mais il est clair que ces derniers ne doivent pas être laissés libres d’agir à leur guise lors des prochaines éditions. D’autant qu’au moins l’une des chutes enregistrées sur le circuit a été causée par une glissade sur l’une de ces topettes négligeamment jetée par terre !



Patricia Berthelier
Patrouille Ecocyclo