News

La Pierre Jacques en Baretous: Sommet de convivialité sur la frontière sauvage



PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 219


Les nouveaux parcours de la Pierre Jacques en Baretous, à cheval sur la frontière franco espagnole ont ravi près de cinq cent cyclosportifs conquis par la beauté sauvage de cette partie des Pyrénées aux confins du Béarn, de la Navarre et de la Soule.

La difficile ascension du versant nord du col frontière de la Pierre Saint Martin (1760 m) imposait dès le départ un effort important récompensé par la vue sur le pic d’Anie et le passage spectaculaire dans le karst de Larra, le plus important d’Europe, dans un paysage fantasmagorique de falaises calcaires sculptées par l’eau et parsemées de pins noirs profitant du peu de terre disponible entre les roches du lapiaz.

Une descente rapide sur une route en lacets en parfait état menait ensuite dans la Vallée de Roncal jusqu’au petit village d’Isaba au pied de la Table des Trois Rois (2421 m), le plus haut sommet de Navarre ainsi nommé car situé à la frontière des trois royaumes médiévaux d’Aragon, de Navarre et de France (Béarn).

L’Alto Lazar (1129 mètres) permettait ensuite de rejoindre la vallée de Salazar dans un environnement de type méditerranéen très dépaysant.

L’ascension des onze kilomètres du versant sud du Port de Larrau (1585 m), bien que nettement plus facile que le versant français considéré comme l’un des cols les plus durs des Pyrénées, fut pénible en raison d’un très fort vent contraire qui contraignait à utiliser de très petits braquets. Les violentes bourrasques qui soufflaient à la sortie du tunnel du sommet manquèrent de déséquilibrer de nombreux concurrents et n’incitaient pas à la contemplation du paysage pourtant remarquable dominé par la fière pyramide du pic d’Orhy (2017 m), premier sommet des Pyrénées de plus de 2000 mètres en venant de l’Atlantique.



La descente très raide dans la vallée de la Haute-Soule, véritable écrin de verdure, permettait de rejoindre le pont de Logibar, point de départ d’excursions vers les nombreux canyons de la région.
Quelques kilomètres plus bas, les concurrents de la « La Pierre Jacques » (148 km et 3700 mètres de dénivelé) bifurquaient vers Sainte-Engrâce pour gravir les redoutables pentes du col du Soudet (1540 m) avant de redescendre sur Aramits tandis que les concurrents de la « Baretous-Roncal » (124 km et 2700 mètres de dénivelé) rentraient directement par Tardets et la côte de Montory.
Dans un beau geste d’amitié sportive, les deux premiers de la Pierre Jacques, Jean-Marc Goudin et Mathieu Dumont, franchirent la ligne d’arrivée main dans la main après avoir réussi à lâcher deux concurrents espagnols très motivés.



La remise des trophées placée sous le signe de la Junte de Roncal permit de rappeler le poids des traditions dans cette vallée à forte identité culturelle. Cette cérémonie ancestrale également connue sous le nom de Tribut des Trois Vaches est célébrée le 13 juillet de chaque année, au niveau de la borne internationale 262, marquant la frontière entre la France (Pyrénées-Atlantiques) et l’Espagne (Navarre), au Col de la Pierre Saint-Martin. À cette occasion, les maires béarnais de la vallée de Barétous remettent à leurs homologues espagnols de la vallée de Roncal trois vaches en échange du droit de faire paître leurs bêtes dans les pâturages roncalais. Pour rappeler cet événement, des reproductions en marbre de la borne 262 furent remises à chacun des lauréats dont Rachel Millerou qui fit honneur au maillot Eco Cyclo en terminant première féminine.



La Patrouille Eco Cyclo venue en force avec douze représentants eut peu à intervenir car les concurrents ont été globalement respectueux de l’environnement exceptionnel dans lequel ils ont évolué à l’exception de quelques irréductibles qui continuent à se délester de leur topettes vides sur la route. Les efforts de l’organisation pour limiter l’impact écologique de la Pierre Jacques méritent d’être soulignés, on notera par exemple l’utilisation de gobelets plastiques réutilisables au ravitaillement et l’utilisation de produits locaux dans la préparation du repas.

Après la course, comme tous les ans, la convivialité étaient au rendez-vous lors de l’excellent repas basco-béarnais préparé par les cuisinières barétounaises. La plupart des concurrents restèrent tard dans l’après-midi à profiter de l’ambiance exceptionnelle propre à la Pierre Jacques.

La journée se termina par la remise des récompenses du challenge des Mousquetaires aux concurrents ayant participé à la Béarn Cycl’Espoir et à la Pierre Jacques. On rappellera que ce challenge est nommé ainsi car les deux épreuves passent à Aramits, berceau d’Aramis, l’un des trois mousquetaires.

Merci à Alain Miramon et à son équipe de bénévoles sympathiques et dévoués pour leur accueil exceptionnel qui donne envie de revenir à tous ceux qui ont gouté aux charmes de la Pierre Jacques, une des plus belles épreuves du calendrier cyclosportif.

Pierre Gadiou
Images: PJB/LL

- Images de la Pierre Jacques en Baretous 2011:
http://www.velo-concept.com/?pg=galerie&cat=Pierre_Jacques_Baretous_2011&lang=



- Les patrouilleurs de la Pierre Jacques en Baretous 2011:

Rachel Millerou
Claire Jaunet
Emile Arbes
Jean-Christophe Massoubre
Laurent Grisel
Laurent Lespagnol
Laurent Millerou
Gilles Defrance
Philippe Pouey
Raymond Trey
Pierre Redal
Pierre Gadiou