News

La Haute Route 1/2: deux patrouilleurs à la montagne!

Départ à la Haute Route


PERSPECTIVES POUR UN CYCLISME DURABLE
Communiqué n° 287

La Patrouille Eco-Cyclo est présente sur l’épreuve Cyclosportive à étapes  la « Haute Route », reliant Genève à Nice à travers les Alpes. 
Celle-ci  se veut la plus difficile et la plus haute, avec 21 cols ou montées, 21000m de dénivelé ainsi qu’un passage à la Bonnette. 
Le menu est copieux et a attiré plus de 600 coureurs (limite fixée par l’organisateur atteinte en une journée d’inscription), de provenance internationale, une centaine de Français et beaucoup d’anglophones; certains sont venus des USA et même d’Australie !
Nous sommes deux patrouilleurs au départ, mais cela n’empêche pas l’ensemble des coureurs d’être sensibilisés, avec un rappel des règles environnementales, à chaque briefing et départ d’épreuve, ainsi que des interviews sur les lignes de départ et arrivée. 
Le règlement est très sévère, puisque tout coureur peut être exclu de l’épreuve s'il est pris à jeter ses emballages sur la route. Egalement, il est interdit d’être ravitaillé en dehors des zones prévues par l’organisation, ce qui limite l’effet négatif des voitures d’assistance et permet également une meilleure équité sportive.

Sebastien à fond... en descente...

Rien à noter sur deux jours (au moins à l’avant de la course), les coureurs sont très respectueux des règles, un comportement qu’il faut espérer général, et qui en tout cas est bien meilleur que sur certaines épreuves de masse bien connues en France !
L’épreuve est partie depuis Dimanche 19 Aout, et est pour l’instant dominé par le multiple champion de France de VTT Peter Pouly victorieux sur les 2 premières étapes. 

La mode Haute Route selon Peter Pouly

Chez les féminines, Emma Pooley (championne du monde de CLM) écrase la concurrence, trustant même les premières places du classement scratch. Les choses difficiles commenceront demain!…

L’organisation est extrêmement efficace, et donne l’impression à chaque coureur de vivre une épreuve hors du commun. Il faut remercier tous les bénévoles également qui participent à ce ressenti très agréable.

Sebastien Gissinger